English
Español
Deutsch
Français
Русский

8381 supporters





Vous pouvez participer à d'autres campagnes de l'UITA en cliquant ici.


Mise à jour de la date : 20-Oct-2017

Status: active

© 2017 IUF

Les syndicats indépendants contestent le régime zéro droit chez Coca-Cola Amatil Indonésie

Près de vingt ans après la chute de la dictature militaire répressive en Indonésie, les travailleurs-ses des opérations indonésiennes de Coca-Cola Amatil (CCA), l’embouteilleur de The Coca-Cola Company basé en Australie, attendent encore que les droits démocratiques puissent être exercés sur les lieux de travail. Alors que les travailleurs-ses de Coca-Cola Amatil Indonésie s’organisent pour former des syndicats démocratiques indépendants, la société a réagi en attaquant systématiquement leurs membres et leurs dirigeants élus.

CCA a réagi à la formation de syndicats indépendants dans deux de ses sites en licenciant, en transférant de force et en suspendant les responsables syndicaux Atra Narwanto et Lutfi Ariyanto pour les empêcher d’assumer leurs fonctions de président de ces syndicats, dont les membres font l’objet de harcèlement systématique. Lorsque 150 travailleurs-ses de l’usine de Surabaya ont signé une pétition faisant part de leur défiance envers une organisation syndicale datant de l’époque Suharto et imposée par CCA, la direction a exercé des pressions pour qu’elles et ils retirent leurs signatures.

L’allié de CCA dans la répression des droits humains est la SPSI-RTMM (la fédération nationale des syndicats des employé-e-s du tabac, de l’alimentation et des boissons d’Indonésie) une émanation de l’entité créée par Suharto pour empêcher les travailleurs-ses de se syndiquer pour défendre leurs droits. CCA se réfère aux conventions collectives en vigueur à cette époque, qui ne sont rien d’autre que des codes disciplinaires pour contrôler la main d’œuvre. Ces instruments remontent à l’époque où mettre en cause l’action des organisations syndicales dont les membres étaient nommés et appuyés par l’armée équivalait à un acte de sédition.

Malgré que l’UITA ait, à de nombreuses reprises, porté ces atteintes aux droits à l’attention de The Coca-Cola Company (TCCC) et de CCA, elles se poursuivent, en violation flagrante des normes internationalement reconnues en matière de droits humains.

Les syndicats indépendants chez Coca-Cola Amatil Indonésie ne se battent pas seulement pour les droits de leurs membres. Ils se battent aussi pour défendre les droits de tous-tes les travailleurs-ses en Indonésie qui luttent pour les droits humains, pour l’avenir démocratique du pays et contre l’héritage d’un passé autoritaire. Les vestiges de la longue dictature militaire sont clairement encore présents chez Coca-Cola Amatil Indonésie, la société qui fabrique la marque internationale la plus connue en Indonésie.

UTILISER LE FORMULAIRE CI-DESSOUS POUR ENVOYER UN MESSAGE à Coca-Cola Amatil Indonésie et à The Coca-Cola Company aux États-Unis, leur enjoignant d’agir pour remédier aux violations récurrentes des droits humains, pour rétablir les droits des responsables syndicaux persécutés Atra Narwanto et Lutfi Ariyanto et pour reconnaître et négocier avec les syndicats indépendants démocratiques présents chez Coca-Cola Amatil Indonésie. Votre message sera transmis par email à CCA et TCCC et intégré à une pétition signée.

Votre nom: [obligatoire]
Votre courriel: [obligatoire]
Votre syndicat/organisation:
Pays:
Tapez votre message ici - ou utilisez simplement le message existant.

To Alison Watkins, CEO, Coca-Cola Amatil
Libby Wilson, Group Human Resources Director, Coca-Cola Amatil

Cc Brent Wilton, Global Director, Workplace Rights and Human Rights, The Coca-Cola Company
Jeff Maguire, Head of People and Productivity - Supply Chain, Coca-Cola Amatil

Dear Madam/Sir,

I am distressed to learn of ongoing violations of fundamental human rights at Coca-Cola Amatil Indonesia. Atra Narwanto and Lutfi Ariyanto, the elected leaders of recently formed independent unions, have been prevented from fulfilling their duties as union officers by dismissal, transfer and suspension. Their members continue to be systematically harassed. Workers expressing their lack of confidence in the SPSI-RTMM (National Union of Tobacco, Food and Beverage Employees of Indonesia) have been pressured to withdraw their signatures from a petition at the Surabaya plant. These ongoing violations of workers' right to freedom of association and collective bargaining are in direct violation of international labour and human rights standards and instruments and of the OECD Guidelines for Multinational Enterprise, which apply to both The Coca-Cola Company and to Coca-Cola Amatil. I call upon you to act immediately to remedy these human rights violations and to cease colluding with the various pro-management trade union structures, including those originating in the Suharto military dictatorship to prevent workers from exercising their rights.

I call on you to act now to restore the rights of victimized trade union leaders Atra Narwanto and Lutfi Ariyanto and to recognize and negotiate in good faith with independent, democratic trade unions at Coca-Cola Amatil Indonesia.

Yours sincerely

***************

Traduction:

A : Alison Watkins, PDG, Coca-Cola Amatil
Libbi Wilson, directrice des Ressources humaines du groupe Coca-Cola Amatil

Cc : Brent Wilton, directeur monde des Droits sur le lieu de travail, The Coca-Cola Company
Jeff Maguire, directeur Main d’œuvre et Productivité, chaîne d’approvisionnement de Coca-Cola Amatil

Madame, Monsieur,

C’est avec une vive indignation que j’ai pris connaissance des violations récurrentes des droits humains fondamentaux par Coca-Cola Amatil Indonésie. La société a eu recours à des procédures de licenciement, de transfert et de suspension pour empêcher Atra Narwanto et Lutfi Ariyanto, les responsables élus de syndicats indépendants récemment formés, d’assumer leurs fonctions de président de ces syndicats, dont les membres font l’objet d’un harcèlement systématique. Les travailleurs-ses de l’usine de Surabaya, qui ont fait part de leur défiance envers la SPSI-RTMM (la fédération nationale des syndicats des employé-e-s du tabac, de l’alimentation et des boissons d’Indonésie) en signant une pétition, ont subi des pressions de la part de la direction pour qu’elles et ils retirent leur signature. Ces atteintes persistantes au droit des travailleurs-ses à la liberté d’association et à la négociation collective constituent une violation directe des normes et des instruments internationaux en matière de droits humains et du travail et contreviennent aux Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales qui s’appliquent tant à The Coca-Cola Company qu’à Coca-Cola Amatil. Je vous invite à agir sans tarder pour remédier à ces violations des droits humains, pour mettre fin à la collusion des entreprises avec les diverses structures syndicales non indépendantes, y compris celles issues de l’époque de la dictature militaire de Suharto, dont le seul but est d’empêcher les travailleurs-ses d’exercer leurs droits.

Je vous appelle également à agir dans les plus brefs délais pour rétablir les droits des responsables syndicaux persécutés Atra Narwanto et Lutfi Ariyanto et pour reconnaître et négocier de bonne foi avec les syndicats indépendants démocratiques présents chez Coca-Cola Amatil.

Si vous ne souhaitez pas envoyer ce texte-ci mais composer votre propre message, veuillez s’il vous plait ouvrir votre boîte email et copier ces adresses dans la case « à » : action@iuf.org



Stop spam!
Entrez le chiffre suivant dans la case ci-dessous 1094 :

Merci




Si vous souhaitez recevoir dans le futur les alertes concernant les actions urgentes , veuillez cochez cette case :