English
Deutsch
Español
Français
Русский

7513 supporters





Vous pouvez participer à d'autres campagnes de l'UITA en cliquant ici.


Mise à jour de la date : 02-Feb-2017

Status: closed

© 2018 IUF

This campaign is now closed.
Diese Kampagne ist abgeschlossen.
Cette campagne est close.
Esta campaña ha terminado.
Kampanjen er avsluttet.

Le distributeur géant de fruits frais Fyffes viole les droits

La société transnationale de fruits frais Fyffes est le premier importateur de bananes en Europe et l’un des principaux distributeurs mondiaux d’ananas et de melons. Les travailleurs/euses de filiales de Fyffes – Anexco au Costa Rica (ananas) et Suragroh au Honduras (melons) – ont rendu compte de violations graves et systématiques des droits syndicaux fondamentaux, dont le non respect de la liberté syndicale, par le biais de menaces, du harcèlement et du licenciement de membres syndicaux, du blocage des négociations collectives, du défaut de paiement du salaire minimum et des prestations sociales, de l’exposition des travailleurs/euses à des produits agrochimiques dangereux et du licenciement de travailleuses enceintes. Au Honduras, la main d’œuvre saisonnière temporaire, essentiellement féminine, est particulièrement vulnérable à ces violations des droits.

Après avoir tenté pendant des mois de discuter sans succès de ces problèmes avec Fyffes, l’UITA a participé à une mission de solidarité internationale au Honduras le 23 janvier pour rencontrer des travailleurs/euses licenciés/es et s’est associée avec des organisations de la société civile pour demander à Fyffes, qui négocie actuellement son rachat par le conglomérat japonais Sumitomo, d’agir pour s’assurer que les droits syndicaux soient reconnus et respectés dans l’ensemble de ses chaînes d’approvisionnement.

Au Honduras, où Fyffes avait par le passé été condamnée à une amende pour infraction à la législation sur les salaires, la société affirme aujourd’hui se conformer à la loi, mais la mission a réuni des preuves démontrant qu’elle continue à profiter de l’environnement répressif du pays. Fyffes a de plus exploité des lacunes juridiques dans le droit du Honduras pour annuler l’enregistrement du syndicat, au prétexte que les responsables élus sont des travailleurs/euses temporaires, pas des travailleurs/euses permanents/es – cela dans une industrie qui repose sur l’emploi majoritaire de travailleurs/euses temporaires. La remise en cause juridique du statut du syndicat viole le droit fondamental des travailleurs/euses à élire les représentants/es syndicaux/ales de leur choix.

UTILISEZ LE FORMULAIRE CI-DESSOUS POUR ENVOYER un message urgent au PDG de Fyffes David McCann, l’appelant à prendre les mesures nécessaires pour s’assurer que les directeurs locaux des plantations mettent fin à la discrimination envers les membres syndicaux chez Anexco (Costa Roca) et Suragroh (Honduras), reconnaissent les syndicats dans les deux sociétés et entament avec eux des négociations collectives de bonne foi. Fyffes doit faire en sorte que les droits des travailleurs/euses soient respectés dans l’ensemble de ses chaînes d’approvisionnement, en particulier leur droit d’adhérer à et d’être représenté par un syndicat indépendant. Le message apparaît d’abord en anglais, puis en français.