English
Español
Français
Русский

14271 supporters





Vous pouvez participer à d'autres campagnes de l'UITA en cliquant ici.


Mise à jour de la date : 08-Jun-2018

Status: active

© 2018 IUF

Escalade du harcèlement et de la persécution des membres syndicaux à l’usine AB InBev de Sonepat, Inde

La direction de l’usine de Sonepat, Inde, appartenant au brasseur mondial AB InBev, a intensifié son offensive contre les droits syndicaux. Depuis deux ans, la direction locale refuse de négocier une convention collective avec le Haryana Breweries Limited Mazdoor Union (HBLM) et a pris le parti de la répression, en suspendant des membres actifs du syndicat et en licenciant quatre responsables syndicaux, dont le président et le secrétaire général du syndicat.

La direction est également revenue sur son engagement écrit, signé en août 2017, de réintégrer des membres du comité syndical qui avaient été licenciés et a intensifié ses attaques en licenciant le président du syndicat, Anil Kumar Saini, le 8 mars 2018 à la suite d’une enquête truquée. Saini avait utilisé un repos compensatoire accordé après avoir été obligé de travailler 16 heures d’affiliée pendant un jour férié pour pouvoir participer à une réunion des syndicats indiens d’AB InBev affiliés à l’UITA.

Lorsque les représailles individuelles n’ont pas suffi à affaiblir la lutte du syndicat pour les droits et la reconnaissance, la direction a orchestré une agression par des hommes de main d’un rassemblement de protestation pacifique devant un bâtiment officiel de Sonepat le 28 avril, au cours de laquelle un membre du comité syndical a été sérieusement blessé. Une plainte mensongère pour agression présumée a ensuite été déposée par la police contre les membres du syndicat avec pour conséquence l’arrestation des dirigeants du syndicat, qui sont aujourd’hui en liberté sous caution.

Les travailleurs-euses de l’usine de Sonepat et leurs familles continuent à manifester jour et nuit devant les grilles de l’usine pour revendiquer leur droit à la reconnaissance syndicale et à la négociation collective, sans mesures de harcèlement et de persécution. UTILISEZ LE FORMULAIRE CI-DESSOUS POUR ENVOYER UN MESSAGE À AB InBev, demandant instamment à la société de prendre les mesures qui s’imposent pour remédier à cette escalade des violations des droits humains, avec la réintégration, avec l’intégralité de leurs droits, de tous les membres et dirigeants licenciés ou suspendus de HBLM et l’abandon de la fausse accusation de la police contre les responsables syndicaux. La direction locale de l’usine AB InBev de Sonepat doit reconnaître le syndicat indépendant et démocratique HBLM et entamer avec lui des négociations collectives de bonne foi.

Le message en anglais est suivi d'une traduction en français.

Votre nom: [obligatoire]
Votre courriel: [obligatoire]
Votre syndicat/organisation:
Pays:
Tapez votre message ici - ou utilisez simplement le message existant.

To Mr. Carlos Brito, CEO, AB InBev,
Cc Mr. Ben Verhaert, President, AB InBev India

Dear Mr. Brito,

I have learned that AB InBev management at the Sonepat plant in India management has engaged in a concerted effort to impede workers from accessing their rights to freedom of association and collective bargaining. For the past two years local managers have refused to negotiate a collective bargaining agreement with the Haryana Breweries Limited Mazdoor Union, have terminated four union committee members including the president and the general secretary and have suspended two active union members.

Management reneged on an August 2017 agreement reinstating victimized union committee members and Union President Anil Kumar Saini was dismissed on March 8, 2018 following a manipulated enquiry. Saini had used compensatory leave to attend an IUF AB InBev unions meeting in India, leave he acquired after being compelled to work 16 hours continuously on a public holiday.

The situation deteriorated further when management collaborated with an external, politically-motivated group to orchestrate a physical attack on a peaceful worker protest on April 28. A false police complaint for alleged assault was filed against union members resulted in the arrest of the union leadership, who are currently free on bail.

I call on AB InBev to act to put an end to the victimization of HBLM leaders and members and ensure their unconditional reinstatement, drop the charges against union representatives and enter into good faith negotiations for a new collective bargaining agreement with the Haryana Breweries Limited Mazdoor Union at the Sonepat plant.

Yours sincerely

************************

Traduction:


A M. Carlos Brito, PDG, AB InBev

Cc M. Ben Verhaert, Président, AB InBev Inde

Monsieur,

J’ai appris que la direction de l’usine AB InBev de Sonepat en Inde mène des efforts concertés pour empêcher les travailleurs-euses d’exercer leur droit à la liberté d’association et de négociation collective. Depuis deux ans, la direction locale refuse de négocier une convention collective avec le Haryana Breweries Limited Mazdoor Union (HBLM), a licencié quatre membres du comité syndical, dont le président et le secrétaire général, et suspendu deux membres actifs du syndicat.

La direction est également revenue sur un engagement, pris en août 2017, de réintégrer des membres du comité syndical qui avaient été licenciés et a licencié le président du syndicat, Anil Kumar Saini, le 8 mars 2018 à la suite d’une enquête truquée. Saini avait utilisé un repos compensatoire accordé après avoir été obligé de travailler 16 heures d’affiliée pendant un jour férié pour pouvoir participer à une réunion des syndicats indiens d’AB InBev affiliés à l’UITA.

La situation s’est encore dégradée lorsque la direction a collaboré avec un groupe extérieur, motivé par des considérations politiques, pour orchestrer une agression par des hommes de main d’un rassemblement de protestation pacifique des travailleurs-euses le 28 avril. Une plainte mensongère pour agression présumée a ensuite été déposée par la police contre les membres du syndicat avec pour conséquence l’arrestation des dirigeants du syndicat, qui sont aujourd’hui en liberté sous caution.

J’appelle AB InBev à mettre un terme aux représailles contre les membres et les responsables de HBLM et à garantir leur réintégration sans conditions, à abandonner les poursuites contre les représentants syndicaux et à entamer des négociations de bonne foi en vue d’une nouvelle convention collective avec le Haryana Breweries Limited Mazdoor Union (HBLM) à l’usine de Sonepat.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée

Si vous ne souhaitez pas envoyer ce texte-ci mais composer votre propre message, veuillez s’il vous plait ouvrir votre boîte email et copier ces adresses dans la case « à » : carlos.brito@ab-inbev.com
Ben.Verhaert@ab-inbev.com



Stop spam!
Entrez le chiffre suivant dans la case ci-dessous 1110 :

Merci

Si vous souhaitez recevoir dans le futur les alertes concernant les actions urgentes , veuillez cochez cette case :